[Musique] Découverte de l’univers onirique de Xuân avec Winter Rêverie

[Musique] Découverte de l’univers onirique de Xuân avec Winter Rêverie

Suivez-nous !
Facebook
Facebook
Google+
http://www.gamisama.fr/musique-decouverte-de-lunivers-onirique-de-xuan-avec-winter-reverie/
RSS
EMAIL

Quand on a passé une grande partie de sa vie plongé dans les univers merveilleux de Ghibli, Disney et tellement d’autres oeuvres, on développe une certaine sensibilité. En particulier pour la musique et les émotions qu’elles dégagent. Petit focus sur une belle découverte musicale : Winter Rêverie de Xuân.

Une étincelle de pureté est descendue du ciel. Cette étincelle, c’est le premier album de Xuân, une artiste qui nous invite dans son univers onirique : Winter Rêverie. Il est toujours difficile pour une petite fée de faire entendre sa voix au milieu d’une jungle ‘pop’ toujours plus agitée, heureusement, en cherchant bien, il est possible de trouver le premier clip musical « Little Fairy » sur Youtube, et d’écouter des extraits sur les plateformes habituelles que sont iTunes ou Amazon.

Qu’est-ce que Winter Rêverie ?

Xuan - Winter Rêverie

Un album, ce sont des paroles, des mélodies, mais bien souvent, la musique prend toute son ampleur et son rôle quand elle accompagne une histoire. Une grande partie des albums qui marquent sont ceux qui racontent une histoire. Ainsi, lorsqu’il existe un fil rouge conducteur, chaque piste nous fait progresser dans un même univers cohérent, pour arriver à une conclusion, souvent matérialisée par la dernière piste. Cette construction thématique se rapproche finalement beaucoup des bande-sons de films ou de jeu vidéo. C’est aussi le cas pour cette belle découverte qu’est Winter Rêverie. 

Synopsis :

Il était une fois une petite fille qui perdit un être cher. Pour survivre à la douleur de son deuil, elle mit sa vie en suspens et s’occupait des autres. Elle vécut selon les règles des autres pour s’intégrer dans le monde réel où elle rencontra ses premiers démons. Pour continuer, elle gela son cœur et s’échappa alors dans un autre monde, entre les rêves et la réalité, pour se réfugier dans la folie et oublier sa peine.

Composé de 8 pistes, cet album nous plonge dans l’univers féérique de Xuân.

Voici le titre « Little Fairy »

La première piste Memoria Opening donne tout de suite le ton. Ce genre de musique qui laisse l’imagination prendre son envol. Une musique qui plaira sans aucun doute aux amateurs d’univers féériques, où plus simplement de musique d’image. On peut aisément imaginer certaines pistes coller parfaitement à une scène animée.

Xuan Little Fairy

On retrouve les premiers accords, qu’on retrouvera par la suite dans Little Fairy, puis dans Memoria ending. Il suffit parfois d’un simple piano et d’une voix pour plonger les gens dans une rêverie, et là on peut dire que c’est assez réussi. Les pistes suivantes sont toutes agréables, avec un petit coup de coeur pour « Little Fairy », « Someday » et « Memoria Ending ». Les paroles sont souvent justes et touchantes. On apprécie aussi une petite touche de pureté, presque fragile, voire naïve, tant dans les paroles que dans la façon de les conter, notamment dans la piste Believe. On comprend alors à quel point cet album transcrit une histoire personnelle, cri du coeur.

La voix de Xuân transmet beaucoup d’émotions, le seul petit « défaut » (à moins que ça ne soit volontaire), serait peut-être qu’elle « tremble » un peu souvent, là où ça n’est pas forcément nécessaire.

La bonne nouvelle dans tout ça est que Winter Rêverie n’est que la première partie d’un grand tout, puisque le thème tourne autour des quatre saisons. Si on a pu rêver cet hiver, on peut espérer prochainement un « Spring Awakening », ou pourquoi pas un « Summer Lullaby ». En attendant, profitez-en largement pour découvrir ces mélodies qui vous resteront longtemps en tête.

De cet album se dégage un beau mélange de nostalgie et d’espoir, et il faut aussi saluer le travail de composition, ainsi que d’arrangement de Loïc Lannoy et David Lafilay.

Voici le lien Spotify

On vous encourage bien sûr à acquérir l’album sur le site Routenote.

Pour terminer, voici deux univers auxquels on peut penser en écoutant cet album. Evidemment c’est tres subjectif et il y en aurait tellement d’autres !

Le premier, c’est le sublime thème du jeu To the Moon, chanté par Laura Shigihara. Un vieil homme mourrant rêve d’atteindre la Lune. On apprend pourquoi au fil de l’histoire et ce thème prend encore plus de sens à la fin. (Dommage que le jeu ne soit pas forcément ce à quoi on s’attendait). La bande-son du jeu est un pur délice.

Il faut aller creuser dans les musiques de Visual Rock japonais pour trouver un autre univers qui pourrait ressembler à celui-là. Il s’agit du groupe Lareine (aujourd’hui séparé). Ce groupe a longtemps chanté dans un univers étrange de romantisme coloré et parfois vraiment exagéré. Si visuellement (et musicalement), ça n’a presque rien à voir, en terme de concept on retrouve dans l’excellent album « Fierte no Umi to tomo ni Kieyu » un univers féérique et cette volonté de suivre un fil rouge et de raconter une histoire à travers les chansons. L’album suit aussi le rythme des saisons. L’alternance de pistes chantées et de musiques de transitions renforçait aussi l’aspect narratif.

Alors, que dire sinon que c’est trop court et qu‘on espère vite une suite ? Mais aussi, qu’il arrive que les artistes s’éloignent de leur premier album, alors qu’au contraire il faut garder et cristalliser ce qui l’a rendu unique. Espérons donc que la suite développe encore davantage le côté fragile et réconfortant, ainsi que la beauté des émotions.

En tout cas, on souhaite un grand succès à Xuân !

SUR LE MÊME THEME