Naked Run: un jeu 100% japonais pour les pervers !

Naked Run: un jeu 100% japonais pour les pervers !

Suivez-nous !
Facebook
Facebook
Google+
http://www.gamisama.fr/naked-run-un-jeu-100-japonais-pour-les-pervers/
RSS
EMAIL

Si on connaissait les jeux kawaii, les jeux de drague et autres jeux bizarres, avec Naked Run, on franchit un nouveau cap dans la folie japonaise !

Naked run est un jeu d’action à scrolling horizontal où vous incarnez un jeune étudiant qui un sérieux problème : sa passion est de se promener tout nu et d’éffrayer les jeunes filles dans les couloirs du bahut. Il suit la nouvelle mode des « courses nues » qui font fureur dans les universités du monde entier. C’est pour assouvir ses pulsions exhibitionnistes qu’il a besoin de vous, joueur curieux (et disons-le, un peu pervers, pour accepter !). Vous connaissiez sans doute déjà ce jeu scandaleux où vous incarnez une femme jalouse prête à tuer sa concurente pour séduire un homme.

D’ailleurs les consignes données dans un anglais approximatif sont tout de même claires: « Threaten a woman, and stun it, and aim at the goal! »

en d’autre termes: « Courez et atteignez la cible en effrayant les femmes pour les faire tomber dans les pommes ».

Vous pouvez le télécharger sur le site de dmm qui se spécialise dans les jeux complètement déjantés du même genre !

Trouvez votre bonheur ici : http://www.dmm.co.jp/en/dc/doujin/-/detail/=/cid=d_090014zero/

L’autre point fort du jeu: il est entièrement gratuit ! Alors qu’est-ce que vous attendez ?

 

Dans le même genre, et toujours gratuit, vous trouverez ce jeu peut être encore plus dingue où vous incarnez une lycéenne qui a compris le point faible des hommes. Elle doit fuir du lycée en leur échappant et son arme fatale sera… de montrer sa culotte !

Panchira game

Panchira game

 

Une floppée d’autre jeux payants existent dans le même style. Alors évidemment, il ne faut pas s’attendre à de grands jeux tant en terme de gameplay que de scénario, mais ça distraira sans doute durant quelques minutes les plus blasés d’entre vous tandis que d’autres se demanderont comment des programmeurs ont pu avoir des idées aussi obscènes. Dans un but purement journalistique, nous avons bien entendu tenté l’expérience. Que ne ferions-nous pas pour notre travail ?

 

SUR LE MÊME THEME